Emile Hacquard est né le 17 juin 1914 à Fameck
Il était ouvrier mais également chef de musique à la société mandoliniste de Budange. Il jouait du violon à la perfection et donnait des cours de solfèges aux budangeois. En 1941, alors que la Moselle est annexée par l'Allemagne nazie, il rejoint la France pour échapper aux lois imposées en territoire annexé. Il arriva avec sa famille à Lyon  le 26 avril 1941 et se réfugia au camp de Creysse (Dordogne) où se trouvaient également de nombreux Fameckois et Neufchefois expulsés. Il travaillait à la poudrerie de Bergerac (Dordogne) et s’engagea en juin 1944 dans les FFI (Forces Françaises de l'intérieur) du groupe Bir-Hakeim.

 

Le 14 août 1944, des éléments de ce groupe commandés par le lieutenant Charles Mary se dirigèrent vers Périgueux pour attaquer les troupes allemandes. Ils installèrent leur PC dans une ferme à Atur. Le lendemain matin, la ferme était encerclée. Le lieutenant Mary fut blessé aux genoux. Emile Hacquard le pansa et alla chercher des secours avec le lieutenant sur son dos. Ils furent interceptés par les Allemands. Le lieutenant fut abattu et Emile Hacquard torturé et finalement achevé d’une rafale dans la poitrine au lieu-dit Raubaly.

Dans le bois de Chabanier, son frère Paul fut blessé à la mâchoire par balle alors que quatre autres FFI étaient tués. Le corps d’Emile Hacquard fut récupéré par l’unité deux jours après son exécution et enterré à Neuve-de-Vergt.
Le 24 juin 1949, son corps fut rapatrié au cimetière de Fameck où une place porte désormais son nom. Il fut décoré à titre posthume de la Croix de guerre avec l’étoile de vermeil. Une stèle est érigée sur la route d’Atur à Marsaneix.