Né à Dallas le 20 mars 1917, Edward Smith Hamilton intègre à 18 ans l'académie militaire américaine de West-Point dont il sort sous-lieutenant en juin 1939. Il prend part à la seconde guerre mondiale début 1944, en tant qu'assistant du chef des opérations à l’Etat-major de la 90e Division d’Infanterie américaine "Oklahoma - Texas" appartenant au 20ème corps de la 3ème rmée "PATTON". Peu de temps aprés le débarquement de la 90e DI à Utah-Beach les 6 et 7 juin 1944, il dirige en tant que commandant le premier bataillon du 357e Régiment d’Infanterie.

 

Début septembre il se retrouve avec ses hommes à Briey, ville qu'ils libèrent. Puis ils livrent une terrible bataille sur la colline de Saint-Pierremont, près d’Avril, qui leur permet de remonter la vallée du Pérotin et d'avancer sur la Fensch. Le 9 septembre le colonel Hamilton et ses hommes libèrent Neufchef de l'emprise nazi qui dure depuis 4 ans. Ils ont pour mission de gagner Hayange, et ainsi libérer la vallée de la Fensch. Le lendemain, le 10 septembre 1944 alors que le jeune lieutenant colonel de 27 ans lance l'assaur à l’attaque de la côte des vignes qui domine Hayange, un éclat d’obus lui fracasse le crâne.

 

L’éclat entré au sommet avant droit du front sera extrait de sa joue gauche et lui arrachera un oeil. Il est immédiatement remonté à son PC, installé au café de la Renaissance de Neufchef où il reçoit les premiers soins et le reconfort des propriétaires avant d’être transporté à l’hôpital de campagne militaire US. Sa terrible blessure l’obligera à être réformé et à devoir quitter l’armée US. Le valeureux soldat avait reçu la Distinguished Service Cross, la Silver Star, deux Etoiles de bronze et trois Purple Heart (pour ses trois blessures) et biensûr le Combat Infantry Badge que tout vrai soldat américain est fier de porter.

La municipalité de Hayange lui a rendu hommage en 2004 en lui décernant le titre de citoyen d'honneur de la ville et en attribuant son nom à une place. La municiaplité de Neufchef a aposé une plaque sur la facade du café de la Renaissance, inauguré le 29 juin 2005 en présence du Colonel Edward Smith Hamilton Cette plaque rappelle également le courage des résistants, comme Auguste Sebastianelli, propriétaire de l’immeuble, qui a rendu service à la cause de liberté. Résistant, il a été pris les armes à la main, et condamné a mort, mais lors du peloton d’exécution, il profite d un moment d’inattention pour s’évader. Le Colonel Edward Smith Hamilton s’est éteint en 2006 chez lui à Annadale (Virginie, USA), à l'âge de 89 ans.

Il souhaitait, selon ses dernière volonté, que ses cendres reposent à Hayange. Le 6 juillet 2008 lors d'une cérémonie d'honneur, ces cendres on étaient déposées rue de Gaulle, à l'endroit même où ilordonna par radio à son unité de lancer l'assaut, quelques secondes avant d'être blessé; lors d'une cérémonie commémorative en présence de la famille du défunt.