Lucien Perera est né Ie 13 mars 1923 à Ranguevaux. Il n'a que 17 ans lorsque les Allemands annexent la Lorraine. Refusant la présence de l'occupant il part en zone libre et s'engage le 29 juillet 1941 au 10ième bataillon de chasseur à pieds. Il suit le PEG (Peloton d'Elèves Gradés, qui a pour but de former de futurs gradés) d'où il sort Caporal le 1ier septembre 1942. Le 11 novembre 1942, les allemands envahissent la zone libre, Lucien est mobilisé en tant que Caporal Chef. En mars 1943 il est envoyé dans les Cévennes, à Le Vigan dans une unité du génie. Le 26 juillet 1943, refusant de travailler au profit de l'occupant, il sabote son travail et part rejoindre le maquis. 

 

Avec le savoyard Lino Minicuci (dit "Martin") il est accueilli par le Pasteur Georges Gillier de la paroisse du Mandagout. C'est ainsi que débute le premier maquis des Cévennes, "Les Corsaires". Nommé Sergent, il prend part à tous les combat du maquis et y gagne la Croix de Guerre 39-45. Puis, en tant que Sergent-Chef il participe à la victoire au sein de la 1ière armée dans la brigade légère du Languedoc, puis au 80ème Régiment d'Infanterie, et enfin au 159ième Régiment d'Infanterie Alpine en Allemagne. Il fait le choix de rester dans l'armée et se porte volontaire pour l'Indochine pour lequel il embarque le 4 mars 194 dans le 7ème Régiment de Tirailleurs Algériens (RTA).

Durant 27 mois de combats Lucien participe à toutes les opérations du RTA en tant que sous-officier adjoint puis chef de section et gagne la Croix de Guerre des Théâtres d'Opérations Extérieurs (TOE) avec 5 citations. Rentré en métropôle, il est affecté au 151ème Régiment d'Infanterie à Metz. Le 5 aout 1950 il se marie et reçoit la médaille militaire le 11 novembre. Le 1ier juillet 1951, il est nommé adjudant. Volontaire, il rejoint l'Indochine en juillet 1952 à titre individuel et est affecté à la Compagnie de Commandement de la zone ouest. Il prend rapidement le commandement la section d'intervention et la transforme en commando qui harcèle l'ennemi sur son propre terrain.

Il obtient 3 citations dont une à l'ordre de l'armée sur sa croix des TOE ainsi que la croix de la vaillance vitenamienne. Il quitte l'Indochine le 12 septembre 1954, 4 mois après  la chute de Dien Bien Phu. Le 1er octobre 1954 il est nommé Adjudant-Chef et retrouve le 151ème Régiment d'Infanterie en février 1955. Le 151ème RI est envoyé en Algérie le 7 juin 1955. Chef de section, il gagne la croix de la valleur militaire accompagnée d'une citation à l'ordre de la division. Il combat le Front de libéartion Nationale (FLN) et l'armée de libération nationale (ALN) avec des soldats du contingent. 

 

Au titre de la relève des cadres, il quitte l'Algérie, à regret le 7 février 1956. Il demandera à retourner en Algérie plusieurs fois mais vu que ses demandes sont refusées il démissionne. Suite à cela, et bien que chevalier de la Légion d'Honneur, il quitte l'armée le 29 juillet 1957. Il rejoint la vie civile et se consacre à sa famille. Ses deux fils suivront les traces leur père en rejoignant les ranges de l'Infanterie. Lucien Pérera décède le 24 décembre 1988 après une longue et douloureuse maladie. Le 6 juin 1991, la mairie de Ranguevaux inaugure le foyer "Lucien Perera"

Ses Décorations :

  • Officier de la Légion d’Honneur
  • Médaille Militaire
  • Officier de l’Ordre National du Mérite
  • Croix de guerre 39-45 avec 1 citation
  • Croix de la Valeur Militaire avec 1 citation
  • Médaille de la Résistance Française
  • Médaille des Evadés
  • Croix du Combattant Volontaire 39-45
  • Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
  • Croix du Combattant
  • Médaille d’Outre-Mer
  • Médailles Commémoratives 39-45 - Indochine - Afrique du Nord
  • Médaille des Blessés
  • Médaille des Réfractaires (Alsace - Lorraine)
  • Croix de la Vaillance Vietnamienne avec 1 citation
  • Autorisé à porter la fourragère aux couleurs des T.O.E. à titre individuel
  • Parrain de la 135ème promotion de l'Ecole Nationale des Sous-Officiers d'Active de Saint Maixent

Pour plus d'informations sur le maquis du Mandagout : http://www.cevennesresistance.fr/mandagout.html

Merci à http://www.fncv.com et http://jperera.free.fr/lp/ pour les photos