Gabriel Jean Joseph Molitor est né le 7 mars 1770 à Hayange, dans une maison du centre-ville qui abrite aujourd'hui la bibliothèque municipale. Issu d'une famille militaire, et fils d'un garde royal, il reçut une éducation solide qui le destina à un vie d'ecclésiastique. En 1789, en pleine Révolution, Gabriel quitte l'habit monastique pour suivre sa destinée familiale, en s'engageant dans l'armée napoléonienne. En 1791, il est nommé capitaine du 4ème bataillon de Moselle. Son nom sera souvent associé à la loyauté, au sang-froid, l'intrépidité, mais surtout, chose rare pour ce milieu, la générosité et la modestie.

En 1793, suite à un concours, il est élevé au grade de chef de bataillon adjudant général. Il participe au siège de Luxembourg et de Mayence où il recut une balle qui lui traversa la cuisse (le 5 octobre 1795). En 1799, il devient général de brigade après une bataille contre les Autrichiens. Envoyé en Suisse sous Masséna, il se distingue en défiant les Autrichiens dans les combats de Schwytz, Mutten ou encore Glaris. En 1800 il sert l'armée du Rhin à la tête d’une brigade de la division Vandamme.

Durant la bataille de Stockach, il fit prisonniers 4000 autrichiens et quelque temps plus tard, réussit à contenir le corps autrichien du Tyrol (25000 hommes) avec une division de 5000 hommes. Sa prise de la position de Feldkirch et du pays des Grisons ouvrit une communication entre les Français et l’armée d’Italie. Grâce à cela, il est nommé à la tête de la division militaire de Grenoble. Il conservera ce poste jusqu’en 1805 lorsqu’il sera affecté à l’armée du Maréchal Masséna.

Il continua les exploits militaire en Dalmatie, Poméranie suèdoise, Allemagne... jusqu'en 1823, lorsqu'il s'empare du royaume d'Aragon, de Murcie, de Grenade. Cela lui vaut d'être élevé au rang de Maréchal, le 9 octobre de la même année et lui ouvrit les portes de la Chambre des Pairs. Le 28 juillet 1849, il meurt à Paris, et sa dépouille est déposée aux Invalides ou il repose désormais sous la cinquième arcade du tombeau des gouverneurs.

Décoration :
1. Ordre de la Légion d’honneur : Commandant (4 juin 1804) / Grand officier (28 juillet 1806) / Grand-croix (21 janvier 1815) /
2. Ordre de la Couronne de Fer (Italie) : Chevalier (1806)
3. Ordre du Mérite militaire de Charles-Frédéric (Bade) : Commandant (1809) / Grand-croix (1812)
4. Ordre de la Réunion : Grand-Croix (26 janvier 1813)
5. Ordre de Saint Louis : Chevalier (1er juin 1814) / Commandeur (24 juillet 1823)
6. Ordre de Charles III (Espagne) : Grand-Croix (octobre 1823)
7. Ordre de Saint Vladimir (Russie) : Grand-Croix de 1iere classe (1824)
8. Ordre du Saint-Esprit : Chevalier (3 juin 1827)

Fonctions :
Gouverneur civil et militaire de Dalmatie / Gouverneur de la Poméranie / Gouverneur des villes hanséatiques et de la Hollande / Inspecteur général de l’infanterie / Pair de France / Maréchal de France / Gouverneur des Invalides / Grand chancelier de la Légion d’Honneur