Né le 16 octobre 1908 à Garche, Albert Terver est mobilisé en 1939 à Cattenom sur la ligne Maginot jusque juillet 1940. Il revient dans la vallée de la Fensch et exerce son métier de facteur au côté de son épouse, Jeanne, contrôleuse générale aux PTT de Knutange-Nilvange. Dès l'occupation de la guerre de 1939/1945 ils s'engagent dans la Résistance. Le couple héroïque cache de nombreux prisonniers évadés jusqu’au 22 janvier 1943, lorsqu'ils prennent le chemin de la Silésie et de la déportation. Ils seront séparés : Albert sera envoyé à Grossrosen et Jeanne après un emprisonnement à Breslau, elle vécut les horreurs des camps de concentration de Ravenscbruck et de Buchenwald.

Jeanne revient de l'Enfer mais son époux y perdra la vie. Il est le seul knutangeois à ne pas être revenu de déportation. Elle crée l'association des Déportés à Knutange, affilié à la FNIDRP. Un décret en date du 27 décembre attribue à M. Albert TERVER la Médaille militaire, la Croix de guerre 39-45 et la médaille de la Résistance. Jeanne se bat toute sa vie pour qu'on se rappelle le nom de son valeureux époux. En mars 2003, la rue Grand Pré a été rebaptisé en "allée Albert Terver" et ce n'est pas anodin. En effet cette artère fait face à la poste où il a travaillé avec son épouse. 

Un après-midi, au cours d’une démarche sans faste, Mme Albert TERVER a reçu des mains d’un gendarme de la brigade de Hayange les distinctions décernées à son mari, mort en déportation. L’hommage s’adresse tout autant à l’épouse du récipiendaire. Pour faits de résistance, elle a vécu les mêmes souffrances que son mari.

 

Merci à M.Duval pour ces informations